Abbaye de Bonnefont

DSC_0078

Située sur la Commune de Proupiary, l’Ancienne abbaye cistercienne de Bonnefont a été fondée en 1136. Propriété de la Communauté de Communes du canton de Saint-Martory elle est classée Monument historique. Site culturel et touristique, l’abbaye devient Centre d’interprétation à partir de 2016. On peut y découvrir le jardin d’inspiration médiéval (700m2). Des visites du patrimoine sont assurée par une guide-conférencière diplômée pour tous les publics (scolaires, familles, groupes). L’abbaye met en place un programme d’actions culturelles de juin à octobre (expositions, musique, rencontres) sur les thèmes de l’histoire, du jardin.

Téléchargez notre plaquette ICI

Informations et réservations pour les groupes et les scolaires (écoles, centres de loisirs)
Service de médiation culturelle : 05 61 98 28 77

Historique du site

Un monastère! Celui-ci nait en 1136 au milieu d’un ‘désert’ par la volonté d’une poignée de moines cisterciens venus de Lorraine, d’une autre abbaye lointaine, celle de Morimond, elle-même directement fondée par Citeaux! La prospérité de l’abbaye enfle au XIIème siècle, dans un Moyen-âge en plein essor intellectuel, social, mais surtout économique.

Car Bonnefont est alors une surpuissante organisation agricole qui étend sa domination sur l’ensemble du Comminges et au delà puisqu’elle fonde des villes lointaines (Carbonne, Plaisance du Touch) ainsi que d’autres abbayes, jusqu’en Espagne. Quoique vivant dans leur ‘désert’, ces cisterciens sont donc en lien direct avec ce qui les entoure : paysans, commerçants, artisans, villes, villages, châteaux, marchés et foires, hommes et femmes qu’ils soient religieux ou pas. Ce sont des hommes qui circulent, échangent, commercent, traitent, édifient, naviguent.

Mais tout comme le reste de l’ordre, Bonnefont connaîtra un déclin plutôt rapide ; son éthique religieuse faiblissant, son appétit économique augmentant. Elle décline au fil des siècles, passe aux mains de ‘gestionnaires’. A la Révolution, elle est vendue comme bien national. Elle sera finalement livrée aux désiderata des Antiquaires du XIXème siècle qui finiront par la démanteler, la vendre par petits et grands bouts. Voilà pourquoi de Saint-Gaudens à Boussens, de Touille à Saint-Martory et dans tous les villages environnants on retrouve des vestiges de ce site. En 2010, le site est racheté par la Communauté de Communes du canton de Saint-Martory qui décide en 2015 d’en faire un pôle vivant de nature et de culture.